RESF34

jeunesse sans papiers, jeunesse volée

RESF 93 communique : le 20 avril nouveau parrainage départemental avec de nombreuses personnalités




mercredi 10 avril 2013

Le Réseau Education Sans Frontières 93 et le collectif « jeunes 93 » organisent le samedi 20 avril dans l’auditorium de la Bourse départementale du travail (Bobigny), à partir de 10 h 30, un nouveau parrainage/marrainage citoyen pour placer une quarantaine de jeunes sous la protection d’élus, de personnalités et de citoyens du département.

De nombreuses personnalités du monde politique, culturel et artistique ont accepté de prêter leur concours à cet événement : des élus, parmi lesquels les sénatrices Eliane Assassi et Aline Archimbault, les députés Razzy Hammadi, Daniel Goldberg et Elisabeth Pochon, Stéphane Troussel, Président du Conseil général, Alain Amédro et Henriette Zoughebi, Vice-Présidents du Conseil régional, les maires de plusieurs villes du département (Aubervilliers, Bobigny, Bondy…) et beaucoup d’autres, mais aussi les dessinateurs Charb, Tignous et Honoré, les artistes Rugaï, Fantani Touré, Nicolas Haas, la compagnie Jolie Môme, l’écrivain Didier Daeninckx, etc.

Nous les remercions de leur engagement qui démontre que, dans une situation politique et sociale complexe, la solidarité peut nous réunir.

En effet, de nombreux jeunes lycéens et lycéennes de Seine-Saint-Denis n’ont pas l’espoir de voir leur situation changer durablement et restent encore en situation précaire ou sous la menace d’une reconduite forcée à la frontière. La préfecture comme le ministère de l’Intérieur n’ont pas rompu avec la logique du gouvernement précédent : la circulaire dite de régularisation du 28 novembre 2012 ne règle pas de nombreuses situations, dont celles des jeunes qui sont arrivés après 16 ans et/ou qui ne vivent pas forcément en France avec leurs parents.

Si un certain nombre de régularisations ont pu être acquises, notamment grâce au parrainage de mars 2012, trop de dossiers restent en suspens :

  • Certains lycéens n’ont rien obtenu et sont devenus des « sans papiers » ;
  • D’autres n’ont reçu qu’une autorisation provisoire ou un titre « étudiant », ce qui signifie pour la préfecture qu’ils devront quitter leur famille ou leurs proches, abandonner leurs amis et leurs projets dans quelques mois ;
  • Et puis il y a tous ceux qui, venant de déposer leur dossier ou s’apprêtant à le faire, angoissent pour leur avenir.

Nous ne pouvons l’accepter. La vie de ces jeunes, privés du droit au séjour ou menacés d’une expulsion à terme, est maintenant ici, parmi nous !

Jeunesse sans papiers, jeunesse volée !

Pas de régularisation au rabais !

Un titre de séjour pérenne pour tous les jeunes scolarisés !

JPEG - 251.8 ko